Urgence sociale et environnementale – Mobilisons-nous pour conquérir de nouveaux droits les 20, 24 et 27 septembre !

Plus de salaires, une retraite par répartition de haut niveau, des services publics partout et pour tous, des transports accessibles partout et respectueux de l’environnement, des logements conformes aux normes écologiques, une gestion des ressources naturelles en harmonie avec notre planète…

Pour la CGT, Les questions environnementales et sociales sont indissociables. Il ne peut y avoir de justice sociale sans justice écologique. La CGT milite pour le développement humain durable. Ce sont les jeunes, les plus fragiles, les plus pauvres qui partout subissent de plein fouet les effets du dérèglement climatique et social du fait des politiques néolibérales.

Par ailleurs, les 1 % de la population les plus riches ont une empreinte carbone 40 fois supérieure aux 10 % les plus pauvres. L’argent existe! Avec 51 milliards de dollars versés aux actionnaires au deuxième trimestre, La France est championne d’Europe. C’est autant d’argent qui manque aux augmentations de salaires, aux investissements et à notre protection sociale.

Agir est par conséquent devenu une urgence absolue. Les conséquences sur notre santé, notre environnement, notre planète seraient sinon irréversibles!

Manifestons les 20 et 27 septembre avec la jeunesse, les associations. Pour éviter des catastrophes écologiques, sociétales et sociales, il nous faut gagner d’autres modes de développement, de production et de consommation. Les émissions de gaz à effet de serre doivent diminuer drastiquement et rapidement. Nous refusons un monde où le coût du capital s’additionne au coût environnemental et crée toujours plus de tensions et d’injustices. La sécurité sociale du xxie siècle doit s’accompagner de la sécurité climatique. Modifier son mode vie ne doit pas être un luxe.

Soyons aussi dans l’action le 24 septembre pour une hausse des salaires, la retraite à 60 ans, des pensions de haut niveau dans un système par répartition renforcé et financé!

• Nous voulons vivre de notre travail, il faut donc augmenter le Smic à 1800 euros bruts, gagner l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, reconnaître par des hausses de salaire réelles les qualifications, les diplômes et l’expérience des travailleurs, augmenter les minima sociaux et indemnités chômage.

• Nous voulons un système fiscal plus juste, il faut donc par exemple augmenter les taux pour les plus hauts revenus, supprimer la TVA sur les produits de première nécessité. • Nous voulons d’autres politiques économiques qui permettent une juste transition écologique: cela passe par une industrie de proximité, des industries et technologies nouvelles dont l’impact environnemental est neutre, une économie circulaire…

• Nous voulons des services publics qui répondent aux attentes et besoins des populations sur tout le territoire. Ils sont les outils de la solidarité, de la citoyenneté, de la cohésion sociale mais aussi un rempart contre le développement du repli sur soi, le racisme et la popularisation d’idées populistes.