Réforme du code du travail – Mobilisation du 31 mars 2016

12049345_669811116503191_319829520271243777_n

Pour le retrait du projet de loi El Khomri et pour de meilleurs salaires, Tous en grève le 31 mars !

Le projet de loi MEDEF  / Valls / El Khomri sur le code du travail a été retouché à la marge mais son noyau dur reste intact ! Les régressions défavorables aux salariés sont toujours là :

  • Inversion de la hiérarchie des normes = possibilité de faire primer un accord d’entreprise sur un accord de branche ou sur la loi, même si cet accord est moins favorable
  • Affaiblissement des conventions collectives
  • Flexibilisation accrue du temps de travail
  • Facilités de licenciement
  • Contournement des syndicats par l’instauration du référendum sur les projets patronaux, où la liberté de vote des salariés peut être écrasée par la pression patronale comme cela s’est vu dans de multiples exemples récents.

Contrairement à ce que voudrait faire croire la propagande patronale rabâchée dans les médias, jamais l’affaiblissement des droits des salariés ou la facilitation des licenciements n’a permis de créer des emplois. Ceux qui prétendent troquer la précarité contre le chômage mentent. Quand on facilite les licenciements, on favorise… les licenciements !!!

Cette attaque sans précédent contre les salariés, contre les jeunes qui sont les premières victimes de la précarité, concerne directement les fonctionnaires et les agents publics. Au-delà de la remise en cause des 35 heures, la casse du code du travail et des accords de branche serait suivie de près par l’éclatement du statut de la fonction publique.

(voir l’article UGFF-CGT : la loi El Khomri népargnerait les fonctionnaires)

D’ores et déjà, la politique d’austérité met à mal l’exercice des missions publiques et le pouvoir d’achat. Avec l’augmentation du point d’indice de 1,2 % annoncée récemment par le gouvernement, après un gel de six ans, on est loin du compte ! En se fondant sur l’indice INSEE, la perte du pouvoir d’achat des fonctionnaires depuis le 1er janvier 2000 par rapport à l’indice des prix se monte à 13,4 %.

Le SNASS-CGT appelle tous les agents à participer aux grèves et aux manifestations du 31 mars prochain pour le retrait du projet de loi et pour une augmentation significative du point d’indice !