Combattre l’extrême-droite et l’austérité qui la nourrit !

Le SNASS CGT réuni en congrès à Montreuil les 3, 4 et 5 juin 2014 adresse aux agents des ARS et de la Cohésion Sociale la motion suivante.


Un avertissement

Après les élections municipales et la conquête de onze villes par le Front National, ce dernier s’est placé nettement en tête aux élections européennes. L’extrême droite qui pèse sur les politiques et les esprits en France depuis trente ans confirme son enracinement et affiche sa prétention à jouer un rôle majeur dans la vie politique. C’est un avertissement très grave qui est donné aux salariés, aux fonctionnaires et à la population tout entière. Car l’extrême-droite, c’est notre pire ennemi à tous.

Des imposteurs aux vieilles idées sous des habits neufs

En apparence, le Front National présente un visage bien différent des ligues antiparlementaires des années trente. Mais la démagogie raciste et xénophobe est toujours là, avec le même fond conservateur et le même mépris des classes populaires.

Le Front National fait des étrangers et des fonctionnaires la source de tous les maux de la société. Le principe de la priorité nationale, clairement tourné contre les immigrés, c’est la vieille recette d’extrême-droite de l’étranger bouc-émissaire. Ce ne sont pourtant pas les immigrés qui ferment les usines, qui baissent les salaires, qui accumulent des profits considérables, qui spéculent au lieu d’investir… En opposant travailleurs français et immigrés, travailleurs et fonctionnaires, le Front National cherche à les détourner de la question essentielle : l’accaparement de la majorité des richesses créées par les détenteurs des capitaux financiers et la répartition inégale de ces richesses, la casse des services publics. Il sert ainsi directement les intérêts du MEDEF.

Le Front National prétend défendre les petites gens. Quel mensonge ! Dans son programme, on trouve par exemple la suppression de l’impôt sur la fortune, des réductions d’impôts pour les plus aisés, la réduction des cotisations sociales sans la garantie de l’augmentation des salaires (donc rien ne dit que ce ne sont pas les patrons qui récupéreraient cette manne), la réduction du nombre de fonctionnaires et plus généralement la conception du travail comme un coût ce qui permet d’occasionner toutes les dérives possibles au nom de la sacro-sainte compétitivité patronale que le Front National ne remet aucunement en cause.

Combattre le MEDEF, sa politique… et ses auxiliaires !

L’extrême-droite prospère sur le terrain de la désespérance sociale et des promesses non tenues. Depuis trente ans, la seule réponse apportée au chômage de masse et à la désindustrialisation ce sont des cadeaux aux patrons dans l’espoir que ceux-ci veuillent bien investir et embaucher. Rappelons que les aides aux entreprises s’élèvent à 200 milliards d’euros chaque année ! Peine perdue, les patrons n’entendent pas sacrifier leurs profits.

Le pacte de responsabilité de Hollande et ses 50 milliards d’euros d’économies sur le dos de la fonction publique et de la Sécu, c’est encore la politique du MEDEF. C’est cette politique d’austérité qui appauvrit les salariés, mène l’économie dans le mur et favorise la démagogie du Front National. Mobilisons nous massivement contre l’austérité, pour nos salaires, pour l’emploi, pour une vie décente pour tous et c’est ainsi que nous ferons reculer les patrons et tous les politiciens à leur service !

Construisons ensemble un front unitaire contre l’extrême-droite et l’austérité qui la nourrit !