Archives de catégorie : Mobilisations

DANS CETTE PERIODE DE PANDEMIE MONDIALE L’ETAT CONFIRME SON CHOIX : LES QUARTIERS POPULAIRES NE SONT PAS PRIORITAIRES !

On crève de faim et/ou du Covid 19 !

Le confinement mis en placependant cette période exceptionnelle de pandémie de Covid 19 a révélé avec encore plus d’acuité les inégalités socio-économiques, médicales mais aussi sanitaires des quartiers populaires. Littéralement, aujourd’hui en France on meurt de faim!

Continuer la lecture

SOUTIEN A ANTHONY SMITH ET A TOUTE L’INSPECTION DU TRAVAIL.

La pandémie de COVID19 qui frappe le pays a conduit à la mort officielle de plus de 20 000 personnes en France à ce jour, et continue à sévir, le virus étant loin d’être éradiqué.

Dans ce cadre les services des ministères sociaux sont particulièrement mis à l’épreuve, tant sur le versant des services chargés de la santé publique où ses personnels sont largement mobilisés sur la gestion sanitaire de la crise, que sur le versant des services de l’inspection du Travail, où ses personnels ont notamment en charge de s’assurer que les protections indispensables sont fournies par les entreprises à leurs salariés pour les protéger du COVID19.

Or, depuis des semaines, les discours du gouvernement sur les questions des conditions de travail sont contradictoires (il faut tout à fois se confiner mais il se rendre sur son lieu de travail, il faut se protéger mais les masques ne sont pas indispensables, etc…).

Continuer la lecture

ABROGATION DU JOUR DE CARENCE : L’INDECENT REFUS DU GOUVERNEMENT

Très impliqué·e·s dans la lutte contre le COVID19, les agent·e·s du ministère des Solidarités et de la Santé se retrouvent régulièrement en première ligne dans la gestion de cette crise. C’est particulièrement le cas dans les ARS, qui assurent une mission de gestion des situations sanitaires exceptionnelles, sous l’autorité du préfet.

Dans ce cadre, les équipes sont impliquées et coordonnées de façon à assurer un fonctionnement des cellules de crises 24h/24h et 7 jours/7. Ce fonctionnement  nécessite notamment déplacements et échanges réguliers et par conséquent un risque accru de contracter le virus.

Continuer la lecture

Réforme des retraites : Il faut savoir retirer un mauvais projet !

Grèves et manifestations partout en France le 29 janvier !

Les dernières mobilisations  démontrent, s’il en était besoin, que le mouvement ne s’essouffle pas. Bien au contraire, il se transforme pour s’ancrer toujours plus dans les directions, dans les  entreprises et dans le quotidien de plus en plus de villes. Des rassemblements, manifestations et initiatives ont été organisés la semaine dernière dans plus de 360 villes de France.

Les derniers sondages confirment qu’une très large majorité des Français (62 %) est pour le retrait du projet de retraite à points.

Continuer la lecture

Analyses de la CGT sur le projet de loi instituant un système universel de retraite

Avec le projet du gouvernement, à quel âge pourrais-je partir et quel serait le montant de ma pension ?

Le montant de la retraite et l’âge sont très liés. En effet, dans la réforme, il y aurait trois notions :

  • L’âge légal de départ (62 ans) : c’est l’âge minimal à partir duquel on pourrait prendre sa retraite. Mais avec une pension qui serait diminuée par une décote.
  • L’âge « pivot » ou « d’équilibre » (64 ans) : c’est l’âge auquel on pourra prendre sa retraite si on estime que le niveau de sa pension est suffisant pour vivre.
  • Durée de cotisation : on ne pourra pas partir à la retraite sans avoir travaillé 516 mois soit 43 ans, pour les personnes nées après le 1ER janvier 1975. Le projet prévoit que cette durée évoluera, tout comme l’âge d’équilibre, en fonction de l’espérance de vie, pour les générations « ultérieures », sans donner plus de précisions quant aux générations visées.

En clair, pour avoir une pension « à taux plein », il faudra avoir cotisé 43 ans minimum et avoir atteint l’âge d’équilibre (64 ans). A noter, la durée de cotisation et l’âge d’équilibre vont être augmentés en même temps que l’espérance de vie augmentera. A chaque gain d’espérance de vie de 3 mois, il faudra donc travailler 2 mois de plus.

Continuer la lecture