1er mai 2012 : pas de récupération patronale !

Le 1er MAI 1886, à Chicago, une grande grève des ouvriers pour la journée de 8 heures est réprimée violemment par la police qui fait plusieurs morts.

Le mouvement ouvrier international fait du 1er MAI 1890 la première journée internationale de revendication pour la journée de 8 heures.

En France, la contre-attaque patronale viendra en 1941 où le 1er mai devient la « fête du travail et de la concorde sociale » voulue par le régime corporatiste de Vichy qui veut nier la confrontation patrons/salariés.

C’est en 1947 que le 1er mai redevient une grande journée de mobilisation syndicale.

Ainsi donc le 1er mai est un enjeu permanent :

  • « Fête des travailleurs » pour les hommes et les femmes en lutte ;
  • « Fête du travail » pour les patrons.

Et le 1er mai 2012 est particulièrement l’objet de cet enjeu. C’est pourquoi la CGT dénonce la provocation patronale faite par la droite politique d’un rassemblement du « vrai travail ».

En conséquence, la CGT appelle tous les agents du ministère et de ses établissements publics à participer plus que jamais aux rassemblements des syndicats avec toute la volonté et la gravité qu’exige la situation.